Une gouvernance collective et partagée

La SCIC : un outil adapté au fonctionnement collectif

Le projet des Fermes Partagées est par essence un projet collectif qui tend à créer un groupement d’acteurs engagés pour le développement d’un modèle agricole viable et vivable, créateur de lien social et de mixité, protecteur de son environnement et de ses ressources naturelles.

Garantir l’inclusion, la mobilisation du collectif et faciliter les échanges entre ses membres est une composante indispensable à la réussite du projet. Ainsi, à travers le multi sociétariat, c’est l’ensemble des acteurs du projet (les fermes, les partenaires, les salariés, les …) qui décident ensemble des grandes orientations stratégiques du projet en Assemblée Générale avec une gestion démocratique, solidaire et vivante qui a pour principe fondamental « Un homme, un voix ».

La SCIC Les Fermes Partagées est composée de 5 collèges, représentatifs de la diversité des acteurs et partenaires du projet. Ces collèges sont pensés pour garantir la représentativité de l’ensemble des sociétaires tout en donnant une place importante aux fermes pour que le projet soit et reste par et pour les paysan.ne.s.

 

  • Collège des Fermes – 30% du pouvoir décisionnel
  • Collège des Entrepreneurs salariés – 25% du pouvoir décisionnel
  • Collège des Salariés – 20% du pouvoir décisionnel
  • Collège des compagnons de route – 15% du pouvoir décisionnel
  • Collège des partenaires et soutiens – 10% du pouvoir décisionnel

La vie coopérative : un outil d’animation au service du réseau

Nous pensons l’animation de la vie coopérative comme un support majeur pour développer et maintenir l’implication de l’ensemble des acteurs du projet dans une vision commune et coconstruite.

Chaque année, nous organisons deux séminaires (printemps et automne) qui rassemble l’ensemble des sociétaires de la SCIC. Ces séminaires sont le support de journée de réflexions collectives autour du développement des Fermes Partagées mais également l’occasion de sacraliser des temps de rencontres et d’échanges entre les différents membres de la coopérative.

Il s’agit également d’un moment convivial et privilégié pour créer de la rencontre et de l’interconnaissance entre les acteurs du projet.

Demain, nous avons pour objectif des créer des groupes de travail transversaux sur des thématiques communes par les fermes membres du groupement pour faciliter le partage d’expérience et les transferts de savoir-faire.

Une lucrativité limitée au service de la pérennité du projet

Le choix de la SCIC comme outil de portage juridique s’est aussi fait sur la notion « d’impartageabilité des bénéfices » qui a pour conséquence directe de rémunérer le travail, et non le capital. Chaque année, l’essentiel du résultat produit par la SCIC est ainsi affecté en réserve.

Ainsi, Les Fermes Partagées s’inscrit résolument dans une logique de long terme (qui rappelle celle du vivant tiens tiens !) où la consolidation de l’outil devient une priorité pour améliorer sa résilience face aux différents aléas et changements qu’il vivra au cours de son développement.