La foire à la question

Notre fonctionnement

visibilité off par css
Avez-vous vocation à nous aider dans notre recherche de Foncier ?

Et bien non, car plusieurs acteurs le font déjà, et bien. Par contre, nous travaillons étroitement avec ces acteurs notamment les ADDEAR locales et Terre de Liens AURA. Notre mission sur le volet foncier consiste à vous mettre en relation directe avec ses structures ou auprès des cédant.e.s identifiées sur nos territoires d’interventions.

Quel est le périmètre d’action des Fermes Partagées ?

Dans un premier temps, nous déployons nos services sur la (ex) Région Rhône-Alpes. Nous n’avons pas vocation à grossir, mais plutôt à essaimer. La connaissance d’un territoire est une nécessité lorsque l’on accompagne des activités agricoles, et nous ne voulons pas être « hors sol » dans des contextes que nous ne connaissons pas.

Quelles sont les conditions pour faire héberger notre ferme au sein de la coopérative ?

Le statut de fermes hébergées reste pertinent sur des projets individuels ou sur des micro-collectif et dans les cas de figure où entreprendre en coopérative est pertinent (METTRE LIEN vers Entreprendre en coopérative). Le projet proposé doit se situer dans le champ de la production agricole biologique et être au stade du « prêt à s’installer ». Le projet d’intégration dans la coopérative est soumis au Conseil d’administration.

Si je suis déjà salarié, est ce que je peux développer mon projet de CAE ?

Oui, à condition de ne pas être à temps plein, et sous réserve d’une forte disponibilité pour développer votre activité.

Que se passe-t-il si je bénéficie d’allocations chômage ou de minima sociaux ?

Pendant toute la durée du CAPE, et en fonction de vos droits, vous pourrez percevoir des allocations. Vous n’avez pas à déclarer de revenus aux organismes sociaux sauf si vous quittez la coopérative : le capital éventuel vous sera alors restitué sous forme de rémunération à déclarer.

Doit-on obligatoirement être en Scop ou en SCIC pour rejoindre les Fermes Partagées ?

Pas du tout ! Nous sommes ouverts à tous les projets collectifs de production agricoles, quelques soient leurs statuts. Nous défendons le modèle de la Scop et de la Scic, certes, mais ces derniers nécessitent un « alignement des planètes » qui ne rend pas toujours ces statuts possibles au démarrage. Que vous soyez en GAEC, SCEA, etc…, vous pouvez rejoindre les Fermes Partagées et bénéficier de notre accompagnement et de nos services.

Le modèle économique de la coopérative

visibilité off par css
Rejoindre les Fermes Partagées, ok mais à quel prix ?

La coopérative, en échange de son accompagnement et de ses services mutualisés, demande aux fermes que nous accompagnons une contribution coopérative. La contribution est toujours un variable (% du chiffre d’affaires.) car « chacun.e reçoit selon ses besoins et paie selon ses moyens ». La contribution peut être assortie d’un plancher et / ou d’un plafond.

La contribution est votée chaque année en Assemblée Générale par l’ensemble des associé.e.s de la coopérative.

Quels sont les autres sources de financements de la coopérative ?

Les Fermes Partagées à un modèle économique basé sur 3 ressources principales :

  • La contribution coopérative [Mettre les liens vers l’onglet du site correspondant]
  • Les prestations et études [Mettre les liens vers l’onglet du site correspondant]
  • Les financements publics [Mettre les liens vers l’onglet du site correspondant]

Notre modèle est hybride car nous portons à la fois des activités dîtes commerciales (accompagnement, prestations) et des actions d’intérêt général et collectif (accompagnement à l’entrepreneuriat, dynamique collective sur le territoire…) que nous ne pouvons pas répercuter sur une seule et même ressource.